Les constellations des êtres magiques

Share

En vérité, il n’y a que soixante-neuf constellations (et pas quatre-vingt-huit). Uniquement des animaux, certains surnaturels et d’autres non. Commençons par les vingt-quatre bêtes du Zodiaque, auxquelles sont liés les Gardiens et en lesquelles ils peuvent se transformer.

– le Lion crinière-sanglante (le Lion et deux étoiles de la Chevelure de Bérénice) : un cousin des lions africains, plus fin et à la crinière bouffante en cœur, avec un pelage rougeâtre. Possède la magie du Feu ; désigné par l’Éclat comme « seigneur félin » des milieux arides.

– les Carpes inséparables (les Poissons) : animaux inconnus sur Terre, ayant un mode de vie similaire à celui des perruches du même nom. Les mâles sont dans les tons jaune-rouge et les femelles bleu-vert.

– le Taureau langue-de-fer (le Taureau et une étoile du Cocher) : bovidé du désert, qui se nourrit de cactus. Sa peau est très dure.

– le Colibri-avion (la Balance) : un petit oiseau magique au corps fuselé et aux ailes droites, lui permettant de piquer très vite pour gober des insectes.

– le Scorpion de feu (le Scorpion) : l’une des variétés surnaturelles de scorpions, nommée ainsi car la victime sent son poison circuler dans les veines telle de la lave en fusion. Il crée en réalité un courant électrique dépolarisant qui fait éclater les cellules.

– l’Aïhyena (le Verseau) : un grand canidé résidant près des pôles. Ses pattes postérieures sont plus courtes et les griffes de ses antérieurs lui permettent de ne pas déraper en galopant.

– le Boschélon (le Cancer et quelques étoiles alentour) : une « tortue terrestre géante », comme celles des Galapagos, vivant en symbiose avec les petits végétaux toxiques sur sa carapace.

– le Mounton (le Bélier) : un ovin aux longues cornes habitant les cimes, domestiqué comme monture pour circuler dans les hauteurs.

– le Carrian (le Sagittaire) : la race des hommes-cerfs. En le regardant sous un autre angle, « l’arc » devient les jambes et les pattes évoluent en bois.

– le Capricorne : il faut ajouter une étoile du Microscope pour que la constellation soit totalement exacte. Et il y a une petite erreur d’identité : ce n’est pas une créature (totalement fictive) mi-chèvre mi-poisson, mais l’insecte coléoptère du même nom !

– les Simeows (les Gémeaux) : il s’agit d’une espèce rare d’humanoïdes « chats-siamois », habitués des milieux arides et des forêts clairsemées.

– l’Humain (la Vierge). La Gardienne de la Vierge peut imiter n’importe quelle apparence humaine grâce à ce lien à toute l’espèce Homo sapiens.

– le Serpent : hommage aux nombreuses races magiques d’ophidiens.

– le Pégase : nommé Cheval en Orient. Signe du Gardien du Temps.

– le Bison cornacier (la Chevelure de Bérénice) : un animal de zones rocheuses riches en fer. Ce métal est incorporé par les plantes dont il se nourrit puis exprimé en éclats sur ses cornes quand elles poussent. Prénommé Buffle en Asie et signe du Gardien du Métal.

– le Lung : immense constellation basée sur l’Éridan, avec Orion en guise de tête plus le Fourneau et le Burin pour les pattes arrière. Il détient aussi deux étoiles venues de l’Horloge. C’est l’un des trois « dragons » parmi les astérismes, mais lui seul donne sa force au Gardien des Dragons.

– le Tigre des herbes (le Petit Renard et la Flèche) : cette variété enchantée est massive, féroce et très affamée. Chacun naît avec le pouvoir de l’Arc-en-Ciel et est spécialisé dans l’une de ses sept couleurs-éléments. Ceux liés au bleu donc à l’Eau ont été désignés par l’Éclat « seigneurs félins » des plaines fertiles.

– le Coq astral (l’Oiseau de Paradis et des étoiles de l’Indien) : animal magique et asexué, éclos d’un débris stellaire de cristal ayant été irradié par les vents solaires. Porteur de Lumière, il voyage dans l’espace sous forme d’une comète jusqu’à trouver un endroit corrompu par les Ténèbres, où il s’écrase. Cela lui coûte la vie, mais sa féérie purifie les lieux et reste des années dans le sol de la contrée.

– l’Ursusus (l’Horloge et le Réticule) : bête moitié porc et moitié ours, très poilue, qui se nourrit de fleurs, de sève et du miel des abeilles. Signe du Gardien du Microcosme, nommé Porc en Asie.

– la Chimère (le Triangle austral et le Compas) : c’est l’unique créature ayant les trois Vertus, bien que ce soit sous leurs aspects négatifs. Le Gardien des Vertus y est donc rattaché mais en a les facettes positives, pour contrebalancer. Désigné « Chèvre » ou « Mouton » en Orient.

– le Yéti (le Bouvier) : appelé Singe en Asie et lié au Gardien de l’Humanité.

– le Jackalope (le Lièvre et une étoile supplémentaire pour les cornes de profil).

– le Grand Loup des taïgas (le Loup) : justicier rapide et endurant qui chasse en plus les démons et autres entités maléfiques. Nommé Chien en Orient.

– la Hyène mange-mort (la Boussole et la Machine Pneumatique) : cet animal ésotérique possède le pouvoir des ombres et se nourrit de la corruption, des maléfices. Il purifie donc les lieux où il s’installe. De plus, son abondante bave antiseptique évite la propagation des maladies. Signe du Gardien des Ténèbres.

Les autres constellations (dans l’ordre alphabétique)

– l’Aosaginohi (la Grue, des étoiles de l’Indien et une étoile du Sculpteur).

– l’Ashiran (la Baleine et deux étoiles du Sculpteur) : cétacé doué d’une faculté de lévitation, vivant au-dessus des nuages. Habitant des mondes couverts d’océans, il fait donc peu de victimes quand il chute après sa mort.

– l’Aepyornis domestique (Andromède) : une sorte de dinde géante, avec un gros bec et de longues pattes, élevée dans de nombreuses sociétés pour sa viande ou ses plumes. Ou pour tirer les carrosses légers.

– le Caladrius (le Corbeau et des étoiles de la Coupe).

– le Caméléon : Furcifer niviosus, doué du pouvoir de glace.

– le Centaure : il lui manque deux étoiles pour être exact.

– le Cerbère (le Grand Chien) : il faut relier les étoiles autrement pour voir apparaître ses trois sales têtes.

– le Chat-ptéromys (le Petit Lion) : un chat adulte et non un bébé fauve – il fallait prendre le problème à l’envers ! Il possède un patagium lui permettant de planer.

– le (Petit) Chien : un chien normal, jouant un rôle fondamental dans toutes les civilisations, ainsi qu’en magie.

– la Chouette à cornes (dans la queue de l’Hydre femelle).

– le Cougar delgado (les Chiens de Chasse) : cousin enchanté du puma, très long et extrêmement souple, insufflé des énergies terrestres. Désigné par l’Éclat comme « seigneur félin » des montagnes.

– le Cygne : l’une des trois constellations bien tracées par les humains.

– le Dauphin ailé (le Dauphin plus deux étoiles pour l’aile) : représenté de profil.

– le Dragon européen : basé sur le Dragon, il faut ajouter la Petite Ourse pour faire les ailes et les antérieurs ainsi que deux étoiles d’Hercule et la « queue de la casserole » de la Grande Ourse pour faire les pattes arrière.

– le Faucon hallebarde (la Croix du Sud) : animal ayant des ailes asymétriques le condamnant, comme le dahu, à ne faire des virages que d’un seul côté. Ici, il est représenté en train de piquer.

– la Guêpe : il y a en fait une « reine » (Persée) et trois groupes d’étoiles autour dépeignant ses sujets (dont le Triangle et des étoiles du Cocher).

– l’Hippocampe (le Petit Cheval) : on parle là de la sous-espèce fabuleuse, géante et ayant vraiment une tête de cheval, proche cousin du kelpie.

– l’Indricotherium (la Girafe) : ou Paraceratherium. Cette espèce, le plus gros mammifère terrestre non magique, existe encore dans une soixantaine de mondes.

– le Jaguar ombrecroc (l’Écu de Sobiewski et certaines étoiles invisibles) : un parent surnaturel ayant le don de camouflage. Désigné par l’Éclat comme « seigneur félin » de la jungle.

– le Jörmund (l’Hydre mâle et trois étoiles).

– le Kanoo (Céphée) : ours polaire bipède, avec les antérieurs très semblables à des mains. Il vit en symbiose avec le martinet arctique, car il est le seul animal à pouvoir l’accueillir dans ses pattes puis de le lancer pour qu’il s’envole.

– le Karkadann (la Grande Ourse sans la queue).

– la Licorne : autre constellation correctement représentée par les hommes.

– le Lynx des cimes (le Lynx et deux étoiles du Cocher) : manipule des pouvoirs célestes. Désigné par l’Éclat comme « seigneur félin » des forêts.

– le Liù zhī bì (l’avant du Navire Argo et la Mouche) : un cousin très rare du panda, énorme et ayant six pieds ainsi qu’une tête aplatie. Possède des dons de guérison et de divination.

– le Marlin-Poséidon (la Dorade) : le plus grand téléostéen non magique actuel.

– le Martinet arctique (Cassiopée plus une étoile) : cet oiseau aux ailes fines, immenses par rapport à son petit corps, ne se pose presque jamais et surfe sur les courants aériens froids des pôles. Son plumage ventral accroche des cristaux de neige enchantés (dont se nourrit le kanoo) quand il est dans les nuages.

– le Megaloceros (le Poisson volant et le Peintre) : ce genre aujourd’hui disparu de la Terre est encore très répandu ailleurs.

– le Mégadonte (l’arrière du Navire Argo) : un proboscidien, parent des éléphants, possédant quatre défenses. Souvent employé à la guerre.

– l’Once angeciel (le Toucan) : détentrice de pouvoirs lumineux et d’ailes, c’est une forme qu’emprunte parfois l’Éclat. Désignée comme « seigneur félin » des cimes, ce qui en fait surtout la gardienne des nombreux secrets qu’elles abritent.

– le Paon magister (le Paon) : vit dans le monde onirique. Quand il rentre dans un rêve pour se nourrir d’une partie de celui-ci, il offre en échange une inspiration artistique fulgurante.

– le Passereau mange-rayons (la Colombe) : le seul oiseau non surnaturel à réaliser la photosynthèse.

– le Phénix : la dernière constellation parfaitement dessinée par les hommes.

– la Phyllie anthropophage (l’Autel et la Règle) : phasme-feuille géant, le pire cauchemar des peuples résidant dans les jungles de certaines planètes.

– le Poisson austral (avec une étoile du Sculpteur) : un requin, même ordinaire, très important dans les sociétés magiques.

– le Poisson-Lune (la Couronne australe) : race merveilleuse possédant vraiment le pouvoir de la lune.

– le Porte-lance (la Couronne boréale) : un porc-épic enchanté de gros gabarit.

– la Raie Raja nigeria (le Microscope et le Télescope) : une rare espèce maîtrisant les énergies noires. Sa queue est composée d’étoiles invisibles et un petit (en partie observable) la suit, car cet animal est un modèle d’amour parental.

– le Ratel à deux queues (la Table) : cette bestiole sociable vivait jadis en Afrique du Sud. Il possède un dard au bout de chaque queue, lui permettant de transférer le venin à une autre créature s’il est empoisonné ou de partager ses anticorps avec un semblable qui serait atteint.

– le Rokh (l’Aigle).

– la Salamandre (le Lézard) : on parle ici de l’amphibien fabuleux.

– le Serpent de mer (l’Hydre femelle, le Sextant et des étoiles de la Coupe) : un reptile mesurant plus de trente mètres, lointain cousin des dragons.

– le Serpentaire : aussi nommé messager-sagittaire ou oiseau-secrétaire, c’est un rapace non magique commun dans notre monde.

– la Vouivre (Hercule, la Lyre et deux étoiles du Serpentaire).

N’oublions pas le papillon féérique baptisé « Porteur d’Espoir », dont les sublimes ailes irradient des centaines de couleurs. Il naît par génération spontanée en de très rares occasions, sans chenille. On prétend que c’est la forme adoptée instinctivement par l’Équilibre à son émergence. Notre Soleil fait partie de cet astérisme, en forme de M gothique, il est dès lors impossible de la voir depuis la Terre.

Terminons en évoquant une soixante-dixième figure, la « non-constellation » de l’Octant : c’est un coin de l’Univers vide d’étoiles (et donc de mondes), au-dessus du Pôle sud. La raison fut perdue dans les limbes de la mémoire et de nombreuses théories circulent à son sujet. Est-ce le lieu de naissance de l’Équilibre ? Le vestige d’un combat titanesque ? L’Équilibre est sans doute le seul à le savoir.